Qu’est ce que le syndrome de l’intestin irritable

Qu est ce que le syndrome de l intestin irritable

 

Dans cette vidéo et sa transcription texte, je vous explique ce qu’est le syndrome de l’intestin irritable, quels en sont les symptômes comment se fait le diagnostic et qu’est ce qui peut le déclencher ou en exacerber les symptômes

C’est une des vidéos que vous devriez avoir vue avant de débuter une alimentation pauvre en FODMAP afin de ne pas faire d’erreur et de ne pas adopter une alimentation pauvre en FODMAP pour rien car ça pourrait être délétère à long terme pour vous.

En dessous de la vidéo vous trouverez la transcription texte de la vidéo, sachez que j’ai aussi mis des sous-titres sous la vidéo.
Vous pouvez aussi aller directement sur ma chaîne YouTube pour visionner la vidéo

 

Bonjour les FODMAPEURS,

C’est Blanche du blog FODMAP avec Blanche, le blog sur l’alimentation pauvre en FODMAP qui vous permet de soulager vos troubles intestinaux dus au syndrome de l’intestin irritable.

Bienvenue dans cette vidéo où je vais vous expliquer ce qu’est le syndrome de l’intestin irritable, quels en sont les symptômes comment se fait le diagnostic et qu’est ce qui peut le déclencher ou en exacerber les symptômes.

Tout d’abord n’hésitez pas à vous abonner à ma chaîne en cliquant sur s’abonner ou bien sûr le lien en description
Le syndrome de l’intestin irritable touche, a touché ou touchera en moyenne 20% de la population et dans une plus forte proportion les femmes.
C’est un chiffre bien plus élevé que ce qu’on pourrait penser mais comme c’est un sujet tabou vous n’êtes certainement pas au courant que certaines personnes de votre entourage en souffrent aussi.
Il est même difficile d’en parler à son propre médecin donc imaginez pour en parler à son entourage!

Dans le monde anglo-saxon le sujet et moins tabou car on trouve plus facilement des information sur le syndrome de l’intestin irritable que ça soit à la télévision, sur internet ou dans les livres.
En plus des recherches sont menées depuis plus d’une dizaine d’année en Australie par la Monash University. ce qui permet d’améliorer les connaissances sur les syndrome de l’intestin irritable et de trouver des pistes pour en soulager les troubles.

En France on commence à en parler timidement mais en rien comparé à ce qui pourrait être fait.
Encore trop peu de médecins, de diététiciens et de médecins nutritionnistes sont formés à reconnaitre
et traiter les troubles dus au syndrome de l’intestin irritable.

Le syndrome de l’intestin irritable peut être retrouvé sous plusieurs nom dans les livres, internet ou la télévision, bien que le terme syndrome de l’intestin irritable soit le plus récent et le plus approprié à la maladie.
Donc il peut être appelé:
– Syndrome du colon irritable
– ou juste colon irritable
– colopathie fonctionnelle (le malade est alors appelé colopathe)
– colite fonctionnelle (le malade est alors appelé colitique)
– hypersensibilité intestinale
– colon hypersensible
– colon spasmodique

Les différents symptômes qui peuvent vous faire penser que vous êtes peut être atteint du syndrome de l’intestin irritable sont, pour les plus fréquents:
– des douleurs digestives avec des maux de ventre
– des crampes intestinales; le colon est dit spasmodique, il se contracte trop fort sans qu’on puisse le contrôler.
– Il peut aussi y avoir  ballonnement avec de l’air qui s’accumule dans les intestins et fait gonfler la paroi abdominale de façon excessive en déclenchant des douleurs.
– ses ballonnements peuvent déclencher des flatulences en plus gênant que la normal
– dans la plus part des cas il a des troubles intestinaux  comme des diarrhées , des constipations ou bien les deux en alternance ce qui va augmenter les douleurs intestinales

Et pour les symptômes les moins fréquents il peut y avoir aussi comme symptômes
– des brulures d’estomac et des nausées.
– une fatigue générale quotidienne plus souvent après les repas même quand ils ne sont pas copieux.
– des douleurs musculaires peuvent être ressenties comme des courbatures ou des crampes sans raison particulière. Il y a d’ailleurs un plus gros pourcentage de personnes touchées par le syndrome de l’intestin irritable chez les personne qui ont une fibromyalgie.
– Parfois il peut aussi y avoir une augmentation des troubles urinaires ou gynécologique et des envies d’aller uriner plus fréquentes, ainsi que des infections urinaires plus fréquentes

Tout ces symptômes varient d’une personne à l’autre, ils ne ne sont pas toujours tous présents et leur fréquence peut même être variable.

Si vous vous rendez compte que vous avez une partie de ses symptômes et que vous pourriez bien avoir le syndrome de l’intestin irritable, il est très important que vous fassiez valider le diagnostic par un médecin avant même de démarrer toute démarche de soin.
Il a des critères de diagnostic qui sont à suivre pour évaluer si nos symptômes sont dus au syndrome de l’intestin irritable ou à autre chose
Le médecin doit vérifier si vous entrez bien dans la classification de « ROME IV » qui a été mise à jour en janvier 2016.
Voici donc les critères de diagnostic de la classification « ROME IV »
– Douleurs abdominales chroniques au moins une fois par semaine dans les 3 derniers mois et associées avec au moins 2 des points suivants:
La douleur est associée à la défécation
Il y a une modification de la fréquence des selles
et/ou une modification de l’aspect des selles

Les types de transits différents étant soit avec diarrhée soit avec constipation soit les deux et donc mixte

Si vous correspondez bien aux critère de diagnostic, votre médecin devra alors exclure les autres pathologies qui peuvent donner le même type de symptômes que le syndrome de l’intestin irritable.
Ces maladies qui peuvent avoir les même types de symptômes sont la maladie cœliaque, la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, des diverticules, un cancer etc…
Pour exclure ces autres pathologie il va surement vous prescrire d’autres analyses comme une analyse de sang, une analyse des selles (qui s’appelle coproculture), une coloscopie avec biopsie etc…

Si toutes ces analyses sont négatives vous avez donc un syndrome de l’intestin irritable, ce qui veut dire que vous n’avez pas le lésions dans l’intestin, il n’est pas abimé mais en revanche il ne fonctionne plus correctement.
Pour affiner le diagnostic, le médecin pourras vous prescrire un test de l’hydrogène expiré qui pourra détecter une intolérance au fructose ou au lactose et vous saurez tout de suite si vous devez en réduire la consommation.
il pourra alors vous conseiller différentes méthodes pour soulager les symptômes dont celle de passer par une alimentation pauvre en FODMAP afin de détecter vos propres intolérances.

Je vous parlerai d’ailleurs de comment réduire les symptômes de l’intestin irritable grâce à l’alimentation pauvre en FODMAP dans une prochaine vidéo/article.

Si vous voulez en savoir plus dès maintenant et débuter l’alimentation pauvre en FODMAP, je vous offre un guide des 300 aliments pauvre en FODMAP. Pour que je vous l’envoie par mail, cliquez sur le guide qui va s’afficher ou sur le lien en description puis laisser votre Prénom et mail dans le formulaire.

N’oublier pas de vous abonner pour ne manquer aucune vidéo en cliquant sur la vignette qui s’affiche
ou bien sur le lien dans la description.

Merci d’avoir regardé cette vidéo!

Mais surtout persévérez jour après jour et vous allez en voir les bénéfices!

 

Si vous avez aimé cette vidéo, n’hésitez pas à me laisser un j’aime sur YouTube et d’ailleurs sur toutes les vidéos qui vous plaisent pour que je sache quelles sont celles que vous aimez le plus. Et si c’est toutes tant mieux!     Clignement d'œil

 

Je n’ai su que très tard que mes troubles intestinaux étaient dus au syndrome de l’intestin irritable.
Lors de mes études en diététique, j’ai découvert l’alimentation pauvre en FODMAP que j’ai testé et approuvé ce qui m’a donné l’idée de créer ce blog pour partager mon expérience et aider les personnes atteintes de colopathies fonctionnelles à être soulagées de leurs troubles intestinaux comme je l’ai été.

4 Comments

  1. catherine

    Bonjour Blanche
    Je viens de découvrir votre blog et je me dit que décidément les coïncidences n’existent pas!
    J’ai effectivement des douleurs qui ont commencé en août 2016 et depuis c’est le parcours du combattant pour trouver ce qui en est responsable et pour surtout trouver une façon de moins souffrir.
    Je suis actuellement en phase de restriction totale du régime sans FODMAPS sur conseil de mon médecin traitant après un diagnostic de colopathie et de diverticulite posé par le gastroentérologue.
    Si seulement j’avais pu bénéficier de vos conseils et de votre expérience plus tôt!
    je me suis documentée et je suis les menus proposés par le Dr Nys dans son livre « plus jamais mal au ventre… ».
    Le problème est qu’après 9 semaines de régime,des traitements antibiotiques mensuels et des corticoïdes les douleurs ont nettement diminué mais sont parfois bien présentes et le soja c’est sympa mais je ne sais pas si le côté gynéco n’est pas un peu chamboulé du coup.
    D’après votre expérience, et comme vous mettiez en garde de prolonger la restriction, puis je réintroduire comme recommandé (sorbitol puis mannitol etc…) ou dois je attendre que toutes les douleurs aient cessé?
    La difficulté est de continuer mon activité professionnelle avec déjà 9 kilos en moins…
    Merci beaucoup pour tous les conseils que vous prodiguez et de l’espoir qui va avec!

    Reply
    1. Blanche Vidal Soler (Post author)

      Bonjour Catherine,

      Ce que je vous recommande c’est de faire un journal alimentaire de vos symptôme quotidien et très précis.
      Ensuite vous recoupez tous les éléments de votre journal alimentaire et vous allez peut être découvrir qu’il y a un autre élément qu’une alimentriche en FODMAP qui vous déclenche vos symptôme, ça peut aussi être un aliment que vous consommez que vous pensiez pauvre en FODMAP et qui est en fait un aliments riche en FODMAP.
      Le livre du Dr Nys que j’ai aussi n’est pas à jour de la liste des aliments riches en FODMAP comme la plus part des livres.
      Car la Monash University mets cette liste à jour continuellement par exemple la banane très mûre vient d’être testée riche en FODMAP alors que la banane pas très mûre ne l’est pas (ça vient juste d’apparaitre dans l’application de la Monash University).

      Ensuite une fois que vous aurez découvert ce qui continu à déclencher vos symptômes et que aurez fait les changements nécessaires, vous pourrez passer à la phase de réintroduction.

      Les hormones sont effectivement pour certaines personne en fonction de la période du mois ou d’une grossesse ou d’une ménopause un moment de changement dans les symptômes que ça soit en positif ou en négatif. Mais chaque personne est différente et certaines personnes n’auront aucun changement.

      J’espère que vous allez vite trouver ce qui déclenche encore vos symptômes

      Bon courage
      Blanche

      Reply
  2. Flo

    Merci à vous pour vos articles passionnants …
    Ma fille de 12 ans suit un régime fodmap pour 2 mois sur validation de son pédo-gastro-entérologue car elle souffre de SII
    Merci donc de votre aide sur les recettes et sur vos conseils
    Les douleurs se réduisent enfin…elle n était presque plus scolarisé du aux crises

    Reply
    1. Blanche Vidal Soler (Post author)

      Merci à vous de donner des nouvelles!.
      ça fait toujours plaisir de savoir que l’alimentation pauvre en FODMAP aide concrètement d’autres personnes 🙂

      Reply

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *