Lactase et enzymes digestives : peut-on aider la nature lorsqu’on a un SII?

Lactase et enzymes digestives

 

Lorsqu’on est atteint d’un SII, peut-on prendre des compléments pour aider la nature ? Revoyons d’abord ensemble le rôle de la lactase dans la digestion du lactose. Voici quelques recommandations concernant la prise de compléments d’enzymes digestives lorsqu’on a un déficit de certaines enzymes dans l’organisme.

Qu’est-ce que la lactase ?

 

Identité

 

La lactase est une enzyme qui appartient à la famille des Béta-galactosidases. Elle est liée à l’intestin grêle, secrétée par les entérocytes au niveau des microvillosités. Les entérocytes sont un des types de cellules qui bordent la paroi intestinale.  Les microvillosités sont des fins prolongements des cellules sous forme de cylindres qui servent généralement à absorber des substances. Les villosités et les microvillosités permettent d’augmenter la surface d’absorption de la paroi intestinale. Voici une représentation des villosités et des entérocytes :Villosité et Entérocytes

 

 

Rôle de la lactase

Le rôle des enzymes est de dégrader des molécules complexes en molécules plus petites. La lactase sépare la molécule de lactose en deux pour qu’elle soit bien digérée dans l’intestin grêle :  une molécule de glucose et une autre de galactose. 

L’enfant qui est nourri du lait de sa mère absorbe de grande quantité de lactase. Mais une fois sevré, le corps s’adapte et produit moins de lactase puisque le corps a moins besoin de consommer de lactose. Sa production décroît donc fortement à partir de 2 ans et avec l’âge, elle est moins synthétisée, voire plus du tout.

Pourquoi a-t-on besoin de lactase pour digérer le lactose ?

 

Qu’est-ce que le lactose ?

Le lactose est le sucre principal que l’on trouve dans le lait et les produits laitiers. C’est un disaccharide, un Fodmap puisqu’il est le “D” de FODMAP. Il se compose de deux glucides  simples : le glucose et le galactose.

 

Comment le lactose est-il digéré ?

Lorsqu’on consomme du lactose, il est d’abord digéré dans l’intestin grêle. Mais lorsqu’on en consomme en grande quantité, et si tout le lactose n’a pas été absorbé, le surplus qui n’est pas digéré immédiatement se retrouve dans le côlon. A cet endroit, il est fermenté par les bactéries  du microbiote. Cela va produire des acides gras volatiles et des gaz comme le CO2 (dioxyde de carbone) et le H2 (hydrogène).

Les personnes atteintes d’un SII peuvent alors ressentir différents symptômes comme des ballonnements et des diarrhées, des crampes ou encore des douleurs abdominales. Certaines personnes ayant un SII ont un déficit de production de cette enzyme digestive, la lactase. Elles vont donc mal digérer les aliments qui contiennent beaucoup de lactose. On les dit alors intolérantes au lactose, mais toute personne ayant un SII n’est pas forcément intolérante au lactose. 

Est-ce que je dois forcément abandonner les produits laitiers si j’ai un SSI ?

 

Non, c’est une idée reçue que l’on doit arrêter de consommer des produits laitiers lorsqu’on suit l’alimentation pauvre en Fodmap. Si vous n’êtes pas allergique à la protéine du lait, vous pouvez tout à fait continuer à consommer des produits laitiers en petites portions, dans les quantités qui restent pauvre en Lactose.

Les produits laitiers contiennent naturellement de bons nutriments, comme le calcium et les protéines, du phosphore, et des vitamines D et B12. Ces nutriments sont très importants : le calcium notamment renforce nos os et nos dents. Il est donc nécessaire de trouver la bonne alternative nutritive pour ne pas perdre ses bienfaits. Si vous souhaitez en savoir plus sur la proportion de lactose selon les produits laitiers, lisez mon article sur les produits laitiers pauvres en lactose et donc en Fodmap.

 

La supplémentation en lactase, comment fonctionne-t-elle ?

 

Les enzymes digestives

Les enzymes aident à décomposer les glucides, les sucres et les protéines de nos aliments pour qu’ils soient mieux digérés. Il existe des suppléments qui apportent les enzymes que le corps ne produit plus naturellement. Généralement, nous produisons beaucoup moins d’enzymes digestives à l’âge adulte et les cas de déficits ne sont pas rares. Voici les enzymes digestives naturellement produites par le tube digestif :

  • La fibractase 

Aussi appelée Alpha-Galactosidase, elle peut dégrader 2 types d’oligosaccharides, chaîne de plusieurs glucides : les galactanes, (le galactose est un sucre du lait), et les fructanes, contenus dans l’ail, les figues, les dattes et l’oignon par exemple. On recommande en général un régime pauvre en galactanes, car cette enzyme est très peu synthétisée par le corps. Cela signifie éviter les pistaches, les noix de cajou, les petits pois, les haricots noirs, etc. 

  • L’amylase

C’est un enzyme saccharidase qui se trouve dans le suc du pancréas et la salive. Elle décompose notamment des glucides à longues chaînes (polysaccharides) comme l’amidon en petites unités de glucose. Elle peut être produite lors de la maturation des fruits, et la germination des céréales. 

  • La protéase

C’est une enzyme qui coupe les liaisons peptidiques des protéines pour libérer de l’énergie. Celles-ci sont appelées peptidases ou encore enzymes protéolytiques. Cela fonctionne par hydrolyse, c’est-à-dire sous l’action d’une molécule d’eau.

  • L’invertase est un enzyme qui permet de couper le disaccharose ou le sucre de betterave en 2 monosaccharides : le glucose et le fructose. On appelle le résultat le sucre inverti.
  • L’enzyme xylose isomérase aussi appelée fructose-isomerases peut aider à décomposer le fructose, le sucre des fruits.

Comment prendre les enzymes digestives en suppléments ?

 

Lorsqu’on prend de la  lactase en compléments, il faut prendre les comprimés uniquement lors des repas contenant du lactose , pendant ou juste avant le repas (et pas trop à l’avance). La pilule doit être en contact avec le lactose pour que cela fonctionne. Lorsque l’on consomme des produits laitiers sous forme liquide comme le lait ou les yaourts, on peut utiliser la lactase sous forme liquide. Il suffit de mettre le nombre de gouttes indiquées sur le paquet et de laisser agir minimum 12h.

Voilà un lien pour acheter la lactase que j’utilise personnellement car je suis moi-même intolérante au lactose : la lactase sous forme de comprimés et aussi la lactase sous forme liquide.

Le nombre de comprimés dépend de la portion de lactose que vous allez consommer. Pour connaître la part de lactose contenu dans chaque produit laitier, renseignez-vous à partir des étiquettes et l’application de la Monash University (le lactose est généralement appelé “oligosaccharides”). Il est recommandé de se faire suivre par un professionnel de santé lorsque vous commencez à prendre des compléments.

 

La supplémentation est-elle efficace ?

 

Des recherches menées par la Monash University ont déterminé que les suppléments d’enzymes sont efficaces pour réduire les symptômes du SSI. Cela à condition que l’on prenne la dose recommandée qui correspond à son seuil de tolérance. Prendre des enzymes en complément d’une alimentation contrôlée peut aider mais ne sera qu’une solution temporaire. Malheureusement, la supplémentation en enzymes ne va pas guérir votre SII, c’est une sensibilité que l’on garde à vie. 

Faites attention à toujours contrôler l’étiquette pour éviter l’inuline (un fructane), le polydextrose, le sorbitol, les polyols, le mannitol ou des sucrants comme le sirop de glucose ou le sirop d’agave. Ce sont des Fodmaps !

 

Je peux vous aider encore plus…

 

Quelques conseils complémentaires

  • Lors de repas de fêtes, il est difficile de résister à la tentation de la crème glacée, bûche glacée, ou autre plat contenant du lactose lors de repas copieux… Vous pouvez tout à fait vous faire plaisir mais le tout est de ne pas consommer de trop grosses portions. Si vous savez que vous allez faire des excès, vous pouvez recourir aux compléments.
  • Afin de ne pas perturber les résultats du régime, il vaut mieux prendre les enzymes après avoir complété la Phase d’élimination (Phase 1) de l’alimentation pauvre en Fodmap, et pendant la phase de réintroduction (Phase 2) car il est nécessaire de déterminer au préalable votre niveau de sensibilité au lactose, aux GOS ou autres Fodmap avant de consommer plus d’aliments riches en Fodmap. Je vous explique dans un article comment savoir que vous êtes prêt à passer à la phase de réintroduction des Fodmap (phase 2).

Un retour très positif d’une personne que j’ai accompagnée

Je reçois souvent des nouvelles de personnes que j’ai accompagnées en coaching personnalisé. J’ai reçu le retour de cette patiente qui m’a fait très plaisir, car elle souffrait de maux chroniques très désagréables. Elle souhaitait retrouver une “vie normale”, et je suis très contente d’avoir réussi à l’aider. Lors de mon accompagnement, j’incite mes patients à noter sur un journal de bord ce qu’ils ont mangé et les symptômes qu’ils ont ressenti jour après jour. La motivation avait du mal à prendre au début, puis elle est revenue dès qu’un mieux s’est fait sentir. 

Cette patiente a obtenu rapidement des résultats positifs car je lui ai indiqué les démarches à suivre, et j’ai pu la guider tout en l’encourageant. Suivre l’alimentation pauvre en Fodmap n’est pas un long fleuve tranquille : cela pousse à changer ses habitudes et à s’adapter. Quand vous ferez partie de mes patient.e., je ne vous laisserai jamais livré à vous-même : vous aurez tous les outils et les ressources en main pour ne plus angoisser ou douter à l’heure du repas. 

 

Je vous accompagne de A à Z vers plus de bien-être au quotidien

 

Vous souhaitez vous aussi réussir à vous débarrasser de ces troubles qui vous gênent au quotidien, je peux vous y aider. Je sais qu’arriver à contrôler ses symptômes sans accompagnement est très dur, voire impossible et décourageant. Je vous accompagne tout au long des différentes phases de l’alimentation pauvre en FODMAP.

Pour cela, j’ai créé un programme d’accompagnement en ligne où je vous prends par la main pour vous débarrasser de tous ces symptômes lors des différentes étapes de chaque phase de l’alimentation pauvre en FODMAP.

N’hésitez pas à aller voir tout ce qu’il peut vous apporter en cliquant ici :

JE VEUX EN SAVOIR PLUS SUR LE PROGRAMME D’ACCOMPAGNEMENT

1 Commentaire

  1. Odile

    Bonjour Blanche, puis-je boire du lait Wunda, avec protéines de pois, à la place du lait ? (Bon, il y a 2% de fibres de chicorée, ce qui est bof …) ?
    Merci d’avance.

    répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This